Texte : Diane Laberge et Annie Lafrance; Photos : Vignoble Rivière du Chêne

Beau temps mauvais temps, Daniel Lalande parcourt les 40 hectares de terres sur lesquelles il a planté 180 000 plants de vigne en se disant qu’il fait le plus beau métier du monde.

En 20 ans, ce fils d’agriculteur/acériculteur a construit un véritable empire viticole. De Saint-Eustache à Oka en passant par Saint-Joseph-du-Lac, Daniel Lalande fabrique aujourd’hui plus de 200 000 bouteilles par année. « Nous allons doubler la production d’ici deux ans. » Parmi les cépages qu’il affectionne, les Chardonnay, Pinot et Riesling arrivent en tête de liste.

Cultiver un art de vivre

En ce matin d’octobre, Daniel Lalande fait les vendanges sur sa terre d’Oka. Le domaine — nommé Cantina en l’honneur de sa mère italienne — est sa plus récente acquisition. Il y a planté 84 000 vignes. « On est en face du lac des Deux Montagnes, juste à côté de l’Abbaye d’Oka avec un paysage tout en coteaux. C’est merveilleux. » Ce paysage n’est pas sans lui rappeler son voyage dans le sud de la France en 1992. Mais c’est en 1996 que se produit le vrai déclic. « Je visitais l’Orpailleur à Dunham. Je suis tombé sous le charme. J’aime ce qui est beau, bien fait, aligné. » Pour lui, Charles-Henri de Coussergues est « le Maurice Richard des vignerons du Québec ». Le mentor est devenu un ami avec lequel Daniel Lalande partage bons et mauvais coups, comme c’est le cas avec plusieurs vignerons d’ici. « Le marché est petit; la compétition, mondiale. Mieux vaut rester unis », affirme celui qui travaille à la création d’une route des vins dans les Basses-Laurentides.

Pour l’homme de 47 ans, boire et manger font partie d’un mode de vie. « Boire du vin, c’est rassembleur. Il est toujours bon d’avoir quelques bonnes bouteilles dans son cellier, peu importe ce qu’on a envie de célébrer. » Et c’est quoi pour lui un bon vin? « Un bon vin, c’est le vin qu’on aime. »

Inspiration vinicole

Le temps des vendanges inspire notre décor. De la salle à manger à la cuisine, les vignes et leurs fruits colorent notre maison et plus particulièrement les lieux qui rassemblent la famille et invitent les amis à prendre place, le temps d’un apéro ou d’un bon repas.

Comme les vignes, les palettes verdâtres des feuillages des plantes intérieures se déclinent du tendre Vert grenouille jusqu’au foncé Tertre vert qui rehaussent le décor et lui donnent vie.

Tel le lien qui unit et qui est source de vie, la nuance sable Laura Secord est un fil conducteur judicieux en décoration. Ce neutre doux et légèrement chaud devient le canevas sur lequel les verts prennent leurs racines.

Ce décor invitant et chaleureux ne serait pas complet sans quelques gouttes de Bordeaux Clairet qui offrent un accent contrastant, riche et élégant. Ce rouge constitue un parfait accord avec le vert tendre, qui est son complémentaire, puisque situé à l’opposé sur le cercle chromatique. Le secret d’une belle harmonie réside dans l’équilibre des nuances : le vert très pâle et le rouge foncé.

Ainsi, des vignes jusqu’au raisin, le monde vinicole inspire un lieu rassembleur et vivant, où il fait bon boire, manger et échanger.

À mettre dans son cellier

  • MOUSSEUX — Monde Les Bulles
    « Pas besoin d’attendre les grandes occasions pour déboucher un bon mousseux »
  • BLANC — William
    « Un blanc de type Sauvignon qui se marie parfaitement aux fruits de mer »
  • ROUGE — Phénix
    « Pour les sceptiques qui croient qu’on ne fait pas de grands vins au Québec »

QUE L’INSPIRATION VOUS GUIDE : Tertre vert; C31-1-0760-3; Collection Beauti-Tone • Vert grenouille; C29-3-0779-4; Collection Beauti-Tone • Bordeaux Clairet; RI58-3; Collection Instincts raffinés • Laura Secord; CC020-0; Couleurs classiques du Canada